Pingan


Circuit || Beijing | Visite de Beijing | Shanghai | Xian | Yangshuo | Pingan | Tongli | Animaux
Galerie de photos

Rizières en terrase - Pingan

Situés à environ 100km au Nord de Guilin, non loin de la ville de Longshen, quelques villages de la minorité ethnique Zhuang entretiennent de magnifiques rizières en terrasse. Ces rizières recouvrent des montagnes entières et forment des paysages extraordinaires. Le climat étant plus froid dans ces hauteurs, il ne permet qu'une récolte par an à la fin de l'été. Toutes les rizières sont cultivées selon le même rythme a contrario des rizières de la plaine comme les rizières multicolores de Yangshuo. Elles sont uniformément verte claire au milieu de l'été, jaunissent ensemble au cours de l'automne, sont recouvertes de neige durant l'hiver et sont inondées pendant la saison humide du printemps.

Rizières en terrasse - Pingan

Pingan est un de ces villages entourés par les rizières en terrasse. Quelques maisons d'hôtes permettent d'accueillir les touristes qui connaissent l'existence de ce coin de paradis. La connaissance n'est pas donnée à tous, les guides européens tels le Routard en parlent peu. Seul le Lonely Planet consacre un paragraphe et mentionne la capacité hotelière du village de Pingan. Le réveil au milieu de ce décor est fantastique...

Des nombreux petits chemins de pierres, ne permettant qu'une seule personne de front, traversent les rizières. Ce sont les seuls chemins entre les villages de Pingan à Héping en passant par Longji et d'autres petits villages Zhuangs. La marche à pied est le seul moyen de transport dans ces montagnes particulières. Tout est d'ailleurs transporté à dos d'homme. On rencontre fréquemment des femmes et des hommes portant des sacs ou des seaux aux extrémités d'une tige de bambou.

Femmes Zhuang - Pingan

La minorité Zhuang garde un mode de vie relativement authentique dans ces montagnes. Les femmes gardent leurs cheveux longs. Elles les enroulent sur la tête et s'habillent de vêtements colorés lors des grandes cérémonies. Les villages sont constitués de maisons en bois sombre et aux tuiles de la même couleur. L'intérieur des maisons est sobre, souvent vide. Les animaux comme les rizières semblent appartenir à toute la communauté : aucune haie, aucune barrière n'est visible tant dans les terrasses que dans les villages. Les chiens, les poules et les canards déambulent librement entre les maisons et à proximité du village.

Village de Pingan

Toutefois, la modernité transforme progressivement l'aspect austère de ces villages encore vierge de tout moyen moderne il y a 20 ans. Une route importante relie maintenant Longshen aux terrasses en contrebas de Pingan. L'électricité parvient dans la plupart des maisons, les cables traversant les rizières en de nombreux endroits. L'eau, elle, n'est pas un problème, elle coule à flot depuis les sommets du printemps jusqu'au début de l'automne. Dans les villages, quelques paraboles apparaissent.

La croissance du tourisme touche l'authenticité du mode de vie des Zhuangs, notamment l'été où de nombreux touristes chinois affluent. De nombreuses femmes attendent les touristes avec leurs habits de cérémonie dans le circuit touristique dans les rizières au-dessus de Pingan. Elles vendent des souvenirs, se laissent prendre en photo et déroulent leurs cheveux pour quelques sous. De nombreux villageois proposent des trajets en chaise à porteur et le port des sacs de l'extrémité de la route jusqu'aux maisons d'hôtes. Il est notable que les chaises à porteurs sont demandées essentiellement par les touristes chinois. La plupart des occidentaux se révèlent réticents à se laisser transporter. Après en avoir discuté avec d'autres européens, il me semble qu'une certaine dignité et un certain respect des villageois nous empêche de faire travailler les autochtones à cette tâche épuisante.

Rizieres en terrasse - Pingan

Bref, le spectacle des rizières et des villages en bois est superbe mais est-ce qu'il peut demeurer éternellement ? D'ailleurs, est-ce qu'il est réellement souhaitable de figer le mode de vie spartiate d'une société en vertu de l'authenticité d'autrefois ?